Atlanta, les meilleurs Jeux Olympiques de l'histoire ou les plus mal organisés ?
    Confiés en 1993 à la capitale de l'Etat de Géorgie par 41 voix contre 35 à Athènes, les épreuves d'Atlanta, d'un niveau technique exceptionnel dans de nombreuses disciplines, connaissent une affluence record : 3 600 000 spectateurs et près de 10 millions de billets vendus !

< >


    Mais, s'ils ont été souvent passionnants du strict point de vue sportif, ces Jeux n'ont malheureusement pas échappé à la sous-évaluation technologique et aux erreurs d'appréciation, inhétentes à la recherche du plus large profit, principalement dans le cadre d'un mercantilisme échevelé, d'où les virulents critiques de tous les continents, et même des Etats-Unis, stigmatisant la désorganisation des premières journées, notamment à propos de l'informatique et des transports.



    Billy Payne, Président du Comité d'organisation, avait promis :"Atlanta sera l'endroit le plus sûr de la planète pendant les Jeux Olympiques d'Atlanta."



    L'inquiétude à propos de la sécurité qui s'est greffée sur Atlanta prend bientôt de telles proportions qu'elle se tranforme en panique quand, dans la nuit du 27 Juillet, à 1h20 du matin, une formidable explosion ébranle le centre ville. Le Comité d'organisation n'a sans doute pas mesuré le danger d'une zone ouverte sans le moindre contrôle. Les Jeux, ébranlés et déstabilisés vont cependant continuer, sans qu'on puisse oublier les victimes.



    Les 17 journées de compétition sont l'occasion, pour les médias, et principalement pour la chaîne de télévision NBC, qui a acquis l'exclusivité des droits sur le territoire nord-américain, d'un déferlement nationaliste sans précédent.
    Rien n'existe, hormis les cohortes étoilées, au point que l'on laisse croire aux dizaines de millions de spectateurs que les Etats-Unis raflent presque tous les titres mis en jeu, alors que sur 271 médailles d'or décernées 227 sont remises à des étrangers que l'on oublie le plus souvent.
    Plus les Américains sont mis en valeur, plus le taux d'écoute de la NBC s'élève et plus les recettes de publicité rapportent au diffuseur. Les Jeux Olympiques sont organisés à Atlanta par une entreprise privée et les droits de télévision ont été achetés par la NBC pour faire de l'argent, avant que de songer à respecter l'esprit olympique. 207 millions de téléspectateurs, soit 23% d'audience, ont été ainsi manipulés par une compagnie qui avait la volonté de faire de ces épreuves des Jeux essentiellement américains. Le président de la NBC, l'honorable Mr Ebersal, s'n est d'ailleurs expliqué avec un certain cynisme :"Nous avons les Jeux Olympiques d'Atlanta pour l'ensemble du peuple américain. Si les Jeux avaient été produits pour les seuls puristes du sport, l'audience aurait chuté et nous aurions perdu de l'argent..."

    197 Comités nationaux, représentant autant de pays, étaient présents à Atlanta. Les Jeux modernes, qui se veulent vecteur de paix, ont rétabli la notion de trêve olympique, qui caractérisait les Jeux de l'Antiquité.



    53 d'entre eux ont obtenu au moins une médaille d'or. Les représentants de 79 délégations sont montés sur les autres marches du podium.

    L'Afrique a obtenu 11 médailles d'or, dont 7 en athlétisme.

    A la suite du déclin de l'ex-URSS, avec le recul de l'Allemagne et la déconfiture provisoire de la Grande-Bretagne, l'Europe, où la France a retrouvé une place digne de sa tradition n'a pas pleinement maintenu ses positions face aux Américains, qui n'ont pourtant pas progressé sensiblement. Les Etats-Unis ont obtenu 44 médailles d'or et 101 podiums.

    Au plan individuel et collectif, ces Jeux, dont il faut se garder de médire à propos de l'organisation technique sur le terrain, ont valu par de nombreux exploits.

    Au soir de la clôture, le président Juan Antonio Samaranch n'accorde pas à Atlanta le label des plus grands Jeux de l'histoire qu'il avait attribué à Séoul en 1998 et à Barcelone en 1992. Usant du langage diplomatique qui lui est familier, il laisse entendre que les Jeux ont été le plus souvent d'un niveau exceptionnel, que leur succès ne doit pas occulter le drame qui en a terni le déroulement. Ces propos masquent à peine une critique non formulée, ce qui ne l'empêche pas de remettre à Billy Payne l'ordre olympique d'or, distinction suprême du CIO.





RETOUR JEUX OLYMPIQUES D'ETE ATHLETISME EPREUVES MARQUANTES

IMAGES DES JEUX OLYMPIQUES D'ATLANTA