ATHLETISME

    A Berlin, Jesse Owens participe à 4 finales et les gagne toutes. Voici retracé ses 4 finales :
    3 Août 1936 à 16h55 : Il fait presque froid au moment où les 6 finalistes du 100 m se préparent au départ. De l'extérieur vers la corde, les Américains Ralph Metcalfe, Frank Wycloff, le Hollandais Martinus Osendarp, l'Allemand Erich Borchmeyer, Jesse Owens est à la deuxième ligne et à la corde le Suédois Lennart Strandberg.
    En quelques foulées Owens prend un demi-mètre à tous ses rivaux ; en particulier à celui qu'il considère comme le plus dangereux, Metcalfe. Owens jette un coup d'oeil à droite et s'aperçoit qu'il a laissé Metcalfe à 2 m. Owens a gagné.

    4 Août 1936 à 10h50 : Jesse Owens gagne sans effort la troisième série du 200 m, en 21"1, record olympique, en laissant le Canadien Orr à 5/10ème et l'Allemand Neckermann à 7/10ème.

    Owens rejoint maintenant les 44 concurrents qui sont engagés dans l'épreuve du saut en longueur dont la limite de qualification est de 7m15. Ce qui doit être un jeu pour Owens, recordman du monde avec 8,13 m s'avère plus compliqué qu'il n'y paraît.
    Owens réalise son premier saut en pensant prendre ses marques. Essai manqué ! Il lui reste encore 2 essais, mais à sa nouvelle tentative, il mord franchement d'un bon pied. Pour son dernier saut, il recule ses marques de 3 pieds et prend son appel 60 cm en arrière de la planche. Les officiels mesurent le saut et annoncent : 7,15 m...

    4 Août 1936 à 16h30 : La finale du saut en longueur commence au moment précis où Adolf Hitler s'installe dans la tribune officielle.
    Au premier essai, l'Allemand Lutz Long, soutenu par 100 000 spectateurs, franchit 7,54 m ; le Japonais Tajima réussit 7,65 m. Owens, sans risque, atterrit à 7,74 m.
    Deuxième essai : Long rallume l'enthousiasme de ses compatriotes. Avec un bond de 7,74 m, il se hisse au niveau de l'Américain qui réplique instantanément par un saut de 7,87 m.
    Troisième essai : Long continue de progresser, il réussit 7,84 m. Owens pour sa part rate la planche et se contente de 7,75 m.
    Quatrième essai : Long atterrit à 7,73 m, Owens mord.
    Cinquième essai : Long fait un bond de 7,87 m ! Il est à égalité avec Owens. L'Allemand sort du sautoir, se met au garde à vous devant la loge présidentielle, bras droit levé et salue le Führer.
    En bout de piste, Owens se concentre. Il s'élance et atterrit à 7,94 m.
    Sixième essai : Long tente le tout pour le tout, mais Owens bondit et retombe à 8,06 m...

    5 Août 1936 : Le 200 m. Owens y remporte sa victoire la plus nette. Mark Robinson termine à plus de 4 m ; Osendarp, le meilleur sprinteur d'Europe, est à 6 m. Les juges consultent leur chronomètre avec une certaine stupéfaction : 20"7. Le mailleur temps sur 200m avec virage est battu de 4/10ème.

    9 Août 1936 à 16h30 : Jesse Owens revient sur la piste une dernière fois. Dans le 4x100 m, après avoir égalé le record mondial en série en 40", il remporte son 4ème titre olympique et établit son 8ème record du monde.
    Il est au départ du premier relais, derrière l'Italien Mariani et l'Allemand Leichum. Il reprend 5 m à Mariani et passe tranquillement le témoin à Metcalfe qui augmente progressivement l'avance des Etats-Unis. Draper et Wykoff n'ont plus qu'à parachever le travail : 39"8. Les Italiens sont bien loin, à une douzaine de mètres.

    Le 400 m est remporté de haute lutte par Archie Williams.

    John Woodruff arrache le 800 m à l'Italien Mario Lanzi en 1'52"9.



    Cornelius Johnson plane sur le saut en hauteur en franchissant 2,03 m.

    Forrest Towns domine le 110 m haies en 14"2 après avoir égalé le record mondial (14"1) qu'il détenait déjà, en demi-finale.

    Glenn Hardin s'impose difficilement au 400 m haies face au Canadien John Loaring qu'il bat de 2 m en 52"4.

    La perche est également américaine, non sans que les Japonais Shuhei Nishida et Sueo Oe n'aient longtemps retardé le triomphe d'Earl Meadows. Ce sera l'épreuve la plus longue des Jeux et la plus dramatique aussi. Commencée à 10h30, elle ne s'achèvera que dans la nuit vers 22h30. L'Américain Graber échoue à 4,25 m, hauteur que Meadows et Oe franchissent au 2ème essai ; Nishida et Sefton, quant à eux, la franchissent au premier essai. Dans un stade que 60 000 spectateurs n'ont pas voulu quitter, Meadows sera le seul à passer 4,35 m, non sans avoir fait trembler la barre sur les taquets.

    Le disque demeure également l'apanage des Etats-Unis, grâce à Kenneth Carpenter qui l'emporte avec un jet relativement modeste de 50,48 m devant son compatriote Gordon Dunn. L'Allemand Willie Schroeder, qui est depuis 1935 recordman du monde avec 53,10 m, rate copieusement son concours et ne termine que 5ème avec 47,93 m.

    Le décathlon est marqué par un triplé des Etats-Unis, mais c'est surtout le nom de Glenn Morris que l'on retient. Il a disputé en tout et pour tout deux décathlon avant de venir à Berlin. Dans la capitale du Reich, Morris participe à son troisième et ultime décathlon. Il totalise 7900 points et établit un record mondial qui inspirera le plus grand respect.

    Enfin pour compléter cette suprématie américaine, Helen Stephens triomphe dans le 100 m dames, devant Stanislawa Walasiewicz.

    Le 4x400 m est remporté par les Britanniques.

    La Finlande, une fois encore, maintient sa traditionnelle domination sur les longues distances.
    Limari Salminen connaît son jour de gloire à 34 ans dans un 10 000 m qu'il gagne en 30'15"4 après avoir entraîné dans sa foulée ses compatriotes Arvo Askola et Volmari Iso-Hollo.

    Volmari Iso-Hollo stupéfie à nouveau les techniciens, sur 3000 m steeple, en baissant à 9'3"8 le meilleur temps mondial.

    Le 5000 m revient non pas au favori, Lauri Lehtinen, mais à son compatriote Gunnar Hoeckert, qui, grâce à un remarquable dernier tour, s'impose en 14'22"2.

    Le marathon, en revanche, échappe encore aux Finlandais. Cette fois, c'est un Japonais Kitei Son qui termine le parcours evec plus de 2 minutes d'avance sur l'Anglais Harper. 30 ans plus tard, la Corée du Sud, devenue indépendante, revendiquera légitimement ce succès : Son est, en effet, né à proximité de Séoul.

    Le Japonais Naoto Tajima franchit 16 m au triple saut et établit ainsi un nouveau record du monde.

    Les 5 titres allemands reviennent à des lanceurs.
    La discobole Gisela Mauermayer gagne l'or.

    Le javelot féminin est remporté par Tilly Fleischer.

    Le poids revient à Hans Woelke.

    Dans le javelot masculin, Gerhard Stoeck devance, à la grande stupéfaction, le recordman du monde Matti Jaervinen qui est blessé.

    Karl Hein, enfin, au marteau, apporte à son pays une victoire facilitée par l'absence de l'Irlandais O'Callaghan. Hein l'emporte avec 56,49 m devant son compatriote Erwin Blask. Il établit un nouveau record du monde qui tiendra 24 ans.

    Le plus grand exploit athlétique des Jeux est sans conteste le merveilleux 1500 m de Jack Lovelock. Ce Néo-Zélandais survole cette course fascinante, comme jamais aucun athlète ne l'avait fait avant lui.
    Il y a deux absents de marque au départ de cette épreuve : l'Anglais Sydney Wooderson et l'Américain Bonthron. En revanche, les 5 premiers du 1500 m de Los Angelès sont présents. En plus de ces 5 coureurs se sont qualifiés Lovelock, les Américains San Romani et Venske, le Hongrois Szabo, le Français Goix et les Allemands Schaumburg et Boettler.
    Cornes est le premier meneur de jeu, mais pour peu de temps. Le puissant Américain Cunningham passe en tête aux 250 m et atteint les 400 m en 1'1"5, suivi de Ny, Schaumburg, Lovelock et Becdali. Ny relaie Cunningham aux 500 m. Les 800 m sont bouclés en 2'5. On note alors que Lovelock s'est placé en 2ème position devant Cunningham et Beccali. Cunningham tente bientôt sa chance de loin en démarrant aux 900 m. Il prend quelques mètres à Lovelock qui revient aisément aux 1000 m. A la cloche, Cunningham mène toujours. Nul ne pense à cet instant qu'un énorme exploit est dans l'air et que le reocrd du monde va tomber, 400 m plus loin. Il suffit simplement que Lovelock attaque vigoureusement, à 320 m du but, pour que l'imprévisible se produise. D'une foulée fluide, Lovelock va courir ses derniers 400 m en 55"5. Lovelock l'emporte avec 5 m d'avance sur Cunningham en 3'47"8, nouveau record mondial.


RETOUR JEUX OLYMPIQUES D'ETE JEUX DE BERLIN EPREUVES MARQUANTES RESULTATS