EPREUVES MARQUANTES

    Juan Antonio Samaranch préside le CIO et Nelson Paillou le Comité National Olympique du Sport Français.
    A l'occasion de cette XVème Olympiade, naissent Hidy et Howdy, deux ours polaires comme nouvelle mascotte.



    Les sports de démonstration sont à l'honneur avec le curling, le ski artistique et le short track.
    Chez les dames ont ajoute en patinage de vitesse le 500 m et, en ski alpin, le "super G" et le combiné.
    Chez les messieurs, en ski alpin, les mêmes épreuves que chez les dames sont désormais au programme ainsi que les épreuves d'équipes et du combiné individuel au tremplin de 90 m.

    A ces Jeux, 1445 athlètes sont engagés dont 1128 hommes et 317 femmes, représentant 57 nations.
    4 nouveaux pays font leur entrée : les Antilles Néerlandaises, le Guam, le Guatemala et la Jamaïque.
    Avec 72 athlètes dont 15 femmes, l'équipe de France n'a jamais été aussi importante depuis 1968.

    L'ouverture des Jeux est proclamée par le Gouverneur Général Jeanne Sauve et le serment est prêté par le skieur Pierre Harvey.



    Pour Calgary, après deux échecs successifs, en 1964 et 1968, il s'agissait d'une vraie victoire, principalement due à un homme, Franck King.
    Cette ville de plus de 630 000 habitants, située dans la province de l'Alberta, au pied des Rocheuses, était surtout connue paur ses exploitations de gaz et de pétrole. En organisant ces Jeux, Calgary voulait devenir un grand rendez-vous des sports d'hiver.

Lors des 16 jours de compétition, 46 épreuves seront disputées, représentant 6 sports. 138 médailles seront décernées devant plus de 1 300 000 spectateurs. Les droits de retransmission télévisée s'élèvent à 247 millions d'euros. La couvertur médiatique est assurée par 7 175 journalistes accrédités.

    La ville de Calgary avait été désignée par le CIO le 30 Septembre 1981, lors de la 82ème session du Baden-Baden, cimme ville hôte des XVème Jeux d'hiver, devant Falun, au second tour.

    La fête commence le 13 Février, avec le défilé des athlètes dans le stade Mac-Mahon, accompagné de la mélodie intitulée "Winter Games", composée par David Foster.



    Ensuite, Robin Perry, âgé de 12 ans, allume la vasque.



    Les Jeux sont ouverts...





PATINAGE ARTISTIQUE



    De ces XVème Jeux d'hiver, beaucoup d'athlètes et de spectateurs retiendront la confrontation de deux champions de patinage artistique messieurs : Brian Orser et Brian Boitano.
    Dans le programme court, Orser réussit une belle performance, mais n'a que peu d'avance avant le programme libre.
    Brian Boitano patine à la perfection dans le programme libre. Malgré la performance quasi-parfaite de Boitano, il est toujours possible à Orser de remporter la médaille d'or. Malheureusement, la pression est telle que le Canadien manque sa réception sur le triple flip. A l'approche du triple axel, Orser est fatigué, le triple devient double.
    Le verdict tombe, toujours aussi serré : 4 juges votent pour Orser, 3 pour Boitano et 2 ne les départagent pas. Selon les règles en vigueur à l'époque, les juges pouvaient départager les patineurs sur un critère de leur choix. Dans ce cas, les deux juges décidèrent de considérer l'aspect technique. Comme tous les deux avaient mieux noté Boitano dans la note technique, il l'emporta par 5 voix à 4. Sur le podium, Boitano, mal à l'aise vis-à-vis de son ami Orser, essaye de le consoler.
    "Je me sentais presque coupable de me sentir si heureux. J'ai essayé de retenir ma joie, pour qu'il ne se sente pas encore plus triste." dira-t-il plus tard.



    Chez les femmes, la compétition oppose la tenante du titre, Katharina Witt et la seule patineuse qui a réussit à la battre, Debi Thomas.
    A l'issue du programme court, Debi Thomas possède une courte avance sur Witt. La Canadienne Elizabeth Manley est 3ème.
    Witt et Thomas choisissent de patiner leur programme libre sur "Carmen" de Bizet. Katharina Witt monte la première sur la glace, patine avec précaution. S'étant plongée dans le personnage de Carmen, sa présentation artistique est sans faute, mais comme elle a prit peu de risques, ses notes techniques ne sont pas impressionnantes et elle laisse la possibilité à Thomas de remporter la médaille d'or.
    Mais Thomas est précédée sur la glace par Elizabeth Manley. La Canadienne, qui a la réputation de ne pas supporter la pression, réalise une performance brillante qui lui permet d'empocher une inespérée médaille d'argent.
    Debi Thomas commence son programme avec une combinaison de saut, mais elle ne tourne pas assez son deuxième saut et se réceptionne mal. A seulement 20" du début de son programme, elle ne se bat plus.
    "Je suis venue ici pour être formidable, mais après ça, je ne pouvais plus être formidable." explique-t-elle plus tard.
    Thomas manque deux autres triples sauts. Malgré sa performance décevante, Thomas entre dans l'histoire en devenant la première athlète noire à remporter une médaille aux Jeux Olympiques d'hiver. Quant à Katharine Witt, elle devient la première championne olympique à garder son titre depuis Sonja Henie.



    Le couple Gordeyeva/Grinkov est le seul couple à terminer son programme libre sans erreur majeure. Ils l'emportent donc.



    La compétition de danse sur glace laisse tout le monde sur sa faim. Tous les couples gardent leur place de la danse imposée au programme libre. C'est le couple soviétique Bestemianova/Bukin qui l'emporte.




SAUT A SKI



    Matti Nykaenen participe à ses seconds Jeux. Toujours grand favori, il va réaliser ce que personne n'a réussi jusque-là : le grand chelem.
    Au tremplin de 70 m, avec une confortable avance, il devient Champion Olympique devant les Tchèques Ploc et Malec.



    A 4 reprises, l'épreuve du grand tremplin de 90 m est annulée à cause des conditions météorologiques.
    Matti Nykaenen réussit à dépasser le point critique, synonyme de danger, en réalisant un saut de 118,5 m qui oblige les officiels à modifier le point de départ.
    Second du deuxième saut, derrière le Yougoslave Debelak, Nykaenen obtient une nouvelle médaille d'or.
    Nykaenen entre dans la légende des sports d'hiver en étant le premier à remporter les deux épreuves aux tremplins de 70 m et de 90 m.

    La Finlande remporte l'épreuve de saut par équipes et Nykaenen, son troisième titre.




PATINAGE DE VITESSE



    A la surprise générale, Yvonne Van Gennip remporte le 3000 m devant Andrea Ehrig en battant le record du monde de presque 5".

    Au 1500 m, la championne du monde en titre, l'Allemande de l'Est, Karin Kania Enke doit abandonner son titre olympique et son record à Yvonne Van Gennip et se contenter de la médaille d'argent.

    Yvonne Van Gennip devient une figure légendaire du patinage de vitesse à l'issue de 5000 m : elle remporte sa 3ème médaille d'or et améliore son propre record du monde de 6"23.

    Christa Rothenburger remporte la médaille d'or du 1000 m.

    L'un des favoris du 500 m est l'Américain Dan Jansen. Après un faux départ, il démarre rapidement sa course, mais dans le premier virage glisse et tombe. C'est l'Allemand de l'Est Uwe-Jens Mey qui l'emporte.

    Le Soviétique Nikolai Gulyaev remporte le 1000 m.

    Sur 5000 m, le champion olympique en titre, Tomas Gustafson patine 7 paires après Léo Visser qui détient le meilleur temps. A 400 m de l'arrivée, il a 8/10ème de seconde de retard sur Visser. Le speaker annonce au public que Gustafson se bat pour la médaille d'argent ou la médaille de bronze. Mais le Suédois a placé la barre plus haut. Son dernier tour est étonnant : 31"86. Il l'emporte de 35/100ème.

    Tomas Gustafson augmente sa moisson de médailles d'or en remportant le 10 000 m.

    Sur 500 m, la Championne olympique en titre, Christa Rothenburger améliore son propre record du monde de 25/100ème de seconde. Deux paires plus tard, l'Américaine Bonnie Blair réussit son meilleur départ, enregistrant 10"55 sur les 100 premiers mètres. Ce départ fulgurant permet à Blair de l'emporter de 2/100ème de seconde.




BIATHLON



    Frank-Peter Roetsch remporte le 10 km.

    Frank-Peter Roetsch s'adjuge le 20 km.

    Dans le relais 4x7,5 km messieurs ont s'attend à une rude bagarre entre les Est-Allemands et les Soviétiques. Cependant, le premier relayeur est-allemand Jürgen Wirth, qui a fait des tests de tir dans des conditions venteuses, oublie de réajuster le viseur de sa carabine alors qu'il n'y a plus de vent et manque trois des cinq premiers tirs, relégant l'Allemagne de l'Est en 12ème position avec un retard insurmontable de presque deux minutes.
    C'est l'équipe soviétique qui l'emporte.




BOBSLEIGH



    Le Champion Olympique en titre, Wolfgang Hoppe enregistre le meilleur temps de la première descente avec son bob à 2, mais il ne termine que 8ème lors de la deuxième descente. Wolfgang Hoppe se plaint des mauvaises conditions atmosphériques. Hoppe se retrouve deuxième après la première journée.
    Les épreuves du lendemain sont annulées à cause de l'accumulation de sable sur la piste dû au temps chaud et au vent.
    La compétitions reprend un jour plus tard. Wolfgang Hoppe enregistre le meilleur temps des 3ème et 4ème descentes, mais il garde un retard de 1"21 sur l'équipage mené par Jänis Kipurs.

    3ème après deux descentes et 2ème après trois descentes, le Suisse Ekkerhard Fasser remporte une victoire serrée en bob à 4.
    Fasser et son équipage, prennent l'avantage sur l'équipage est-allemand mené par Wolfgang Hoppe dans les 50 premiers mètres de course. Cette avance engrengée au départ lui permet de l'emporter de 16/100ème de seconde après 4 descentes.




LUGE



    La suprématie de la R.D.A. est toujours aussi impressionnante.
    Jens Müller remporte 3 des 4 descentes et l'emporte de 368/1000ème de seconde devant l'Allemand de l'Ouest Georg Hackl.

    Chez les femmes, la Championne Olympique en titre, Steffi Walter, est menée par sa coéquipière Ute Oberhoffner de 38/1000ème de seconde après deux descentes. Les deux descentes suivantes sont repoussées d'un jour à cause du vent violent. Lorsque la compétition reprend, Walter prend 181/1000ème de seconde d'avance lors de la troisième descente, ce qui lui donne un bonne marge pour l'emporter. Dans cette épreuve les est-allemandes réalisent un triplé.

    En luge biplace, l'équipage est-allemand, composé de Jörg Hoffmann et Jochen Pietzsch l'emportent devant leurs compatriotes Stefan Krausse et Jan Behrendt.




SKI ALPIN



    Les deux favoris de la descente, Peter Müller et Pirmin Zurbriggen sont tous deux Suisses.
    Müller est le premier à aborder la descente. Les 6 skieurs après lui n'approchent pas son temps et il apparaît clairement que le temps de Müller est très bon. Au moment où Zurbriggen, dossard 14, entre en course, Müller est en tête avec 1"42 d'avance. Zurbriggen a regardé le début de course de Müller et il sait qu'il lui faut réaliser la course de sa vie pour le battre. Il entend le temps de Müller, ce qui augmente encore sa nervosité. Cependant, Zurbriggen attaque sa descente avec agressivité et Müller doit se contenter de la médaille d'argent.



    Dans le slalom géant féminin, l'Espagnole Bianca Fernandez Ochoa mène au terme de la première manche. Elle est suivie par l'Allemande Christa Kinshofer-Güthlein, Anita Wachter, Christine Meier et, en 5ème position, la favorite, Vreni Schneider.
    Bianca Fernandez Ochoa tombe rapidement dans la deuxième manche. Vreni Schneider, quant à elle, enregistre le meilleur temps de la seconde manche et réussi à remonter à la première place.



    Vreni Schneider enregistre le meilleur temps des deux manches du slalom. La Suédoise Camilla Nilsson n'est qu'à 1/100ème après la première manche, mais elle tombe dans la seconde manche et est éliminée.



    Juste avant son départ pour la première manche du slalom géant, Alberto Tomba se tourne vers ses adversaires et dit :
    "Allez les gars, restez calme et bonne chance à tous."
    Il s'élance ensuite sur la piste et enregistre le meilleur temps à 1"14 devant Hubert Strolz.
    En attendant la seconde manche, il téléphone à sa famille près de Bologne.
    Lorsque la compétition reprend, Strolz reprend 1/10ème de seconde à Tomba, mais ce n'est pas suffisant pour empêcher ce dernier de l'emporter.



    Frank Wörndl enregistre le meilleur temps de la première manche du slalom devant Jonas Nilsson et Alberto Tomba.
    Le vainqueur de la deuxième manche est le légendaire Ingemar Stenmark, mais sa 11ème place de la première place l'empêche de monter sur le podium. Wörndl manque de concentration à mi-course et permet à Tomba de remporter la victoire.



    Lorsque Franck Picard termine son super-G, il pense qu'il a manqué sa course.
    "J'étais vraiment en colère." raconte-t-il.
    Mais un par un, les favoris tombent ou commettent de plus grosses fautes que lui. Avant qu'il n'ait réalisé, il offre à la France sa première médaille d'or olympique en ski alpin depuis 20 ans.



    Pour le titre du combiné, Pirmin Zurbriggen enregistre le meilleur temps de la descente et mène de plus de 2" après la première manche du slalom. Il semble bien parti pour sa seconde médaille d'or lorsqu'il enfourche le 39ème porte, percute la 40ème et tombe. Hubert Strolz bénéficie de l'erreur de Zurbriggen et l'emporte. Paul Accola prend la médaille de bronze bien qu'il ne termine que 24ème de la descente. Il enregistre, en effet, le meilleur temps dans le slalom du combiné.

    Marina Kiehl réalise une descente d'enfer, tombant pratiquement à deux reprises.     "Je ne pouvais pratiquement pas me contrôler au sommet. J'ai donc laisser glisser les skis de plus en plus vite." explique-t-elle. Dans l'aire d'arrivée, Marina Kiehl refuse de fêter sa victoire jusqu'à ce que la dernière participante soit arrivée.



    L'Autrichienne Sigrid Wolf remporte le super-G.

    Dans le combiné, l'étonnante 3ème place d'Anita Wachter dans la descente la propulse au rang de favorite. Brigitte Örtli rattrape 2"26 dans les deux manches du slalom, mais ce n'est pas suffisant pour remonter à la 1ère place.




SKI NORDIQUE



    Démarrant avec le dossard 69, Gunde Svan remporte le 50 km.



    A mi-course, dans le relais 4x10 km, l'U.R.S.S. et la Suède sont au coude à coude. Au milieu de son relais, Gunde Svan se détache de Mikhail Devyatyarov qui tombe en essayant de refaire le contact. Au moment du passage de témoin, Gunde Svan a donné à la Suède 27" d'avance. Alexei Prokurorov réduit le retard à 7" en 5 km. Malheureusement, il tombe également et ne peut pas renouveler son exploit.

    Le Soviétique Mikhail Devyatyarov remporte le 15 km.

    Aleksei Prokurorov remporte sa seule médaille dans le 30 km.

    Chez les femmes, l'équipe soviétique remporte le relais 4x5 km.

    Dans le 5 km, Marjo Matikainen prend la tête après 4 km de course. Elle puise au fond de ses réserves pour passer la ligne d'arrivée 1"3 avant Tamara Tikhonova.

    Tamara Tikhonova remporte le 20 km.




HOCKEY SUR GLACE



    Dans les semaines précédant les Jeux Olympiques de Calgary, la presse internationale publie des articles déclarant la fin de l'hégémonie soviétique en hockey sur glace. L'équipe soviétique est donnée favorite mais de peu.
    Mais dès le début du tournoi, il est clair que rien n'a changé. Les Soviétiques se baladent dans les préliminaires. Ils battent ensuite le Canada 5-0 et la Suède 7-1.



    Ils perdent face à la Finlande 1-2 dans leur dernier match, mais à ce moment, ils ont déjà assuré leur première place.




COMBINE NORDIQUE



    C'est la première fois qu'on applique la méthode Gundersen en combiné nordique, c'est-à-dire que l'ordre de départ et les intervalles de l'épreuve de ski nordique dépendent du résultat de saut à ski.
    Klaus Sulzenbacher remporte le droit de s'élancer en premier. Hippolyt Kempf est 3ème à 1'10"7. Kempf rattrappe Sulzenbacher à un peu plus de 2 km de l'arrivée. Il prend la tête de la course et l'emporte de 19".

    Dans l'épreuve par équipes, les Allemands de l'Ouest mènent après le saut à ski, devant l'Autriche ; la Suisse n'est que 6ème.
    Günther Csar, qui part 16" après Hans-Peter Pohl, donne à l'Autriche une avance de 31" après le premier relais. Dans le deuxième relais, Hubert Schwarz remet la R.F.A. en tête ; place qu'elle ne quitte plus.
    La Suisse démarre le relais avec 4'52" de retard. Elle réalise une formidable remontée, mais ne peut se classer que deuxième à 3"4 de la R.F.A.
    "C'est un sentiment excitant et frustrant d'être si près du leader. Vous pouvez presque le toucher, mais vos jambes ne vous laissent pas le rattrapper." dit Freddy Glanzmann, le dernier relayeur de l'équipe suisse.


    A l'issue des Jeux, l'U.R.S.S. trône à la première place du classement officieux des nations avec 29 médailles dont 11 d'or, 9 d'argent et 9 de bronze. Elle est suivie par la R.D.A. et par la Suisse.

    Le 28 Février, les Jeux s'achèvent dans le splendide stade Mac-Mahon et le drapeau olympique est transmis à la prochaine ville organisatrice, Albertville.


RETOUR JEUX OLYMPIQUES D'HIVER MEDAILLES 1988 IMAGES DE CALGARY