EPREUVES MARQUANTES

    Avery Brundage, Président du CIO, Armand Massard, Président du Comité oympique français, asssitent à cette IXème olympiade.

    933 athlètes sont engagés, dont 758 hommes et 175 femmes, représentant 36 nations.
    Pierre de Coubertin serait ravi de voir son oeuvre devenir universelle. Parmi les 36 pays engagés, figurent l'Inde et la Mongolie.

    Le 29 Janvier, sur le stade du tremplin de Berg-Isel, a lieu la cérémonie d'ouverture, accompagnée par la fanfare de Wulten. L'ouverture des Jeux est proclamée par le Président Adolf Schärf, et le serment prêté par Paul Aste, membre de l'équipe de bobsleigh. La vasque olympique est allumée par le skieur alpin Joseph Rieder.



    Lors des douze jours de compétition, 34 épreuves seront disputées, représentant 6 sports. Au total, 102 médailles seront décernées devant plus d'un million de spectateurs.

    C'est le 25 mai 1959, lors de la 53ème session du CIO à Munich, que son choix s'est porté sur la ville d'Innsbruck.
    Ce retour des Jeux d'hiver sur le Vieux Continent européen marque un grand tournant.
    Tout d'abord, la télévision investit tous les sites de compétition pour que la retransmission se fasse en direct par l'ORTF, y compris les épreuves de ski nordique.
    Les droits de retransmission télévisée s'élèvent à 600 000 euros.
    Ensuite, 1964 marque aussi l'explosion du nombre des épreuves. On passe de 27 à 34 épreuves. Le bobsleigh reprend sa place et on ajoute la luge, plus un sporte de démonstration, le curling.
    Enfin, pour la première fois, le CIO autorise que la flamme soit allumée devant le templr d'Héra, à Olympie, comme pour les Jeux d'été.

    Sur les sites, le président du Comité d'organisation, Friedel Wolfgang, coordone les équipes et tout est prêt pour accueillir les IXème Jeux olympiques d'hiver sous le soleil ; il ne manque qu'une seule chose : la neige.
    Wolfgang déclenche donc le plan d'urgence, des milliers de militaires apportent de la naige du col de Brunner et aménagent les sites de compétition.




BOB A 2



    Eugenio Monti et Sergio Siorpaes terminent 3ème place, derrière l'équipe II d'Italie et les Britanniques Nash et Dixon.
    Nash et Dixon ne battent cependant Zardini et Bonagura que dans le dernier passage.




BOB A 4



    L'Italie se classe 3ème, juste derrière l'Autriche et le Canada.



PATINAGE DE VITESSE



    La performance de ces Jeux est signée par la jeune institutrice russe Lydia Skoblikova.



    Au 500 m, Skoblikova devance les deux autres Russes Yegorova et Sidorova et améliore de 9/10ème de seconde le record olympique de l'Anglaise Helga Haase.
    Yegorova établit pourtant un excellent temps en 45"4, mais Skoblikova passe la ligne d'arrivée en 45".

    Au 1000 m, dont elle détient le record monial en 1'31"8, Skoblikova gagne en 1'32"2 devant la Russe Yegorova et la Finlandaise Mustonen.

    Au 1500 m, la victoire revient facilement à Skoblikova en 2'22"6. La Finlandaise, seconde, se contente d'un chrono somme toute moyen en 2'25"5.

    Pour la dernière épreuve, le 3000 m, Skoblikova gagne avec une facilité déconcertante : le chrono indique une avance de presque 4" devant sa compatriote Stenina qui termine seconde ex aequo avec Han Pil-Hwa, une Coréenne inconnue. Cette dernière patine dans le temps de Skoblikova jusqu'à mi-course et finit finalement à la seconde place.

    L'Américain Richard McDermott remporte le 500 m.

    Dans le 5000 m, Per Ivar Moe enregistre le meilleur temps. Puis il doit attendre le passage du vétéran olympique Knut Johannesen. Vers la mi-course, Johannesen accuse un retard de 3" sur Moe. Mais à 2 tours de l'arrivée, les deux hommes enregistrent le même temps. Malheureusement, alors qu'il passe la ligne d'arrivée, le chronomètre s'arrête à 7'38"7. Mais le temps officiel est corrigé à 7'38"4 et Johannesen remporte la médaille d'or.




SKI NORDIQUE



    Le lendemain de l'ouverture des Jeux, les épreuves de ski nordique commencent à Seefeld, à 20 km d'Innsbruck.
    Le 30 Janvier, au départ du 30 km, le Suédois Sixten Jernberg est le grand favori.
    Malheureusement, le Finlandais Eero Meantyranta, âgé de 27 ans, lui ravit sa médaille d'or et son titre olympique. Sixten Jernberg doit se contenter de la 5ème place en franchissant la ligne d'arrivée avec 2'48"3 de retard.

    Le 2 Février, Sixten Jernberg s'aligne sur 15 km.
    Les deux premières places reviennent de nouveau au Finlandais Eero Meantyranta et au Norvégien Harald Groenningen, second du 30 km. Le Suédois décroche une médaille de bronze.

    La veille de ses 35 ans, Sixten Jernberg réalise la performance : il obtient une médaille d'or sur 50 km. Son compatriote Assar Ronnlund est second, à 1'4"6.

    3 jours plus tard, le relais 4x10 km marque la fin des épreuves. La Suède, emmenée par Asph, Jernberg, Stefansson et Ronnlund, remporte le titre devant la Finlande et l'URSS.
    L'arrivée de cette course est passionnante puisque, dans le premier tour, Väinö Huhtala permet à la Finlande de mener de 5"9 devant l'URSS et la Norvège. Mais à la mi-course, le Soviétique Vaganov mène de 11"6 devant la Norvège et l'Italie. Pavel Kolchin prend le dernier relais pour l'URSS, suivi, à 13"4 par le Norvégien Groenningen et à 31"5 par le Suédois Assar Rönnlund. Groenningen passe Kolchin et prend la tête, mais ses efforts l'épuisent et il est lui-même passé par Meantyranta, Rönnlund et Kolchin. A quelques centaines de mètres de la ligne d'arrivée, Rönnlund rassemble toute son énergie, passe Meantyranta et l'emporte de 7"8.

    Pour les dames, les épreuves de ski nordique se déroulent également à Seefeld.
    Pour la première fois, le 5 km dames est au programme des épreuves qui, auparavant, n'en comptaient que deux : 10 km et relais 3x5 km.
    Le 1er Février, pour la première épreuve, le 10 km, trois Russes montent sur le podium.
    Claudia Boyarskich est médaille d'or, c'est le début de son grand succès.

    Le 5 Février, Claudia Boyarskich gagne le premier 5 km de l'histoire des Jeux. La Finlandaise Lehtonen est seconde, à 1"9, sa compatriote Koltschina n'est que 3ème à 8".

    La dernière épreuve, le relais 3x5 km est un vrai festival.
    Les 3 Russes devancent toutes les autres équipes. La Suède abandonne son titre, conquis à Squaw Valley, en se classant seconde avec un retard de 2'6"8.




HOCKEY SUR GLACE



    L'URSS récupère le titre qu'elle avait perdu 4 ans auparavant.

    Le tournoi s'avére cependant très serré.
    Si le Canada avait réussi à battre l'URSS dans leur dernier match, ils auraient fini premiers et non 4ème. Les Canadiens prennent en fait la tête par 2 à 1, mais l'équipe soviétique égalise au score avec un but de Vyacheslav Starshinov à la fin de la seconde période. L'URSS l'emporte par 3 à 2 grâce à un but de Veniamin Aleksandrov au début de la troisième période.
    Pendant le match Canada-Suède, le Suédois Karl Öberg frappa le capitaine canadien, Père David Bauer, avec sa crosse. Bauer ordonna à ses joueurs de ne pas répondre à cette agression. Le juge fut suspendu pendant 2 matchs pour ne pas avoir donné de pénalité de 10 minutes à Öberg.




PATINAGE ARTISTIQUE



    La Hollandaise Sjoukje Dijkstra réalise son rêve de devenir championne olympique.

    Manfred Schnelldorfer remporte la médaille d'or. L'Américain Scott Allen, âgé de 15 ans, devient le plus jeune patineur à remporter une médaille olympique avec sa 3ème place.





SKI ALPIN



    L'Autrichien Egon Zimmermann remporte la médaille d'or en descente.

    Le Français François Bonlieu décide de participer au slalom géant malgré les conseils de ses entraîneurs. Cette décision s'avère la bonne puisqu'il prive les Autrichiens de la médaille d'or dans cette discipline.

    Après la première manche du slalom, Josef Stiegler mène d'une seconde devant Karl Schranz. Stiegler aborde la seconde manche avec précaution, n'enregistrant que le 8ème temps, mais sa première manche s'avére assez bonne pour lui assurer la médaille d'or.

    L'Autrichienne Christl Haas n'a pas de mal à s'imposer devant son public dans la descente féminine.

    Le 3 Février, Christine Goitschel s'élance dans le slalom géant. Son temps de 1'53"11 est bon. Trois skieuses plus tard, Jean Saubert enregistre le même temps, au centième près. Lorsque Marielle Goitschel entend le temps de Saubert, elle attaque la course de manière très déterminée et remporte la médaille d'or.

    Dans le slalom, Marielle, la favorite, enregistre le meilleur temps de la première manche en 43"09. Christine remporte la seconde manche en 43"85 et remporte la médaille d'or devant sa soeur.




SAUT A SKI



    Sur le tremplin de 70 m, c'est le Finlandais Veikko Kankkonen qui l'emporte.


    L'URSS trône une nouvelle fois à la première place du classement officieux des nations avec 25 médailles, dont 11 d'or, 8 d'argent et 6 de bronze, suivie par l'Autriche et la Norvège.

    Ces Jeux se terminent sur un bilan globalement positif.
    Friedel Wolfgang, directeur du Comité d'organisation, a réussi sur le plan sportif mais, au niveau de l'ambiance, on est très loin des Jeux de Cortina d'Ampezzo et surtout de Squaw Valley.
    L'ordre et la discipline étaient le leitmotiv des Autrichiens. La fête vécue à Squaw Valley s'était transformée en simple spectacle où tout était payant.

    Traditionnellement, lors de la cérémonie de clôture, le drapeau est transmis à la ville qui organisera les prochains Jeux d'hiver. Pour ceux-ci, le CIO, le 28 janvier 1964, a choisi Grenoble.
    Pour la seconde fois, après Chamonix, les Jeux auront donc lieu dans la patrie du rénovateur des Jeux Olympiques, Pierre de Coubertin.


RETOUR JEUX OLYMPIQUES D'HIVER MEDAILLES 1964