EPREUVES MARQUANTES

     Avery Brundage a été remplacé à la tête de la présidence du CIO par l'Anglais Lord Michael Killanin, de même que le Comte Jean de Beaumont par Claude Collard, nouveau président du Comité national olympique et sportif français.

    A ces Jeux, 1261 athlètes sont engagés, dont 1013 hommes et 248 femmes, représentant 37 nations. L'ouverture des Jeux est proclamée par le Président autrichien, le Docteur Rudolf Kirchschläger, et le serment prêté par Werner Delte-Karth, représentant du bobsleigh.
    A l'occasion de cette XIIème olympiade, une nouvelle masotte succède à Schuss et se nomme Snowman (Bonhomme de neige).



    Lors de ces douze jours de compétition, 37 épreuves seront disputées, représentant 6 sports. Au total, 111 médailles seront décernées devant plus de 730 000 spectateurs. Les droits de retransmission télévisée s'élèvent à 58 millions de francs.

    Le 13 mai 1970, lors de la 68ème session du CIO à Amsterdam, la candidature de la ville de Denver avait été retenue pour organiser les XIIème Jeux d'hiver. Malheureusement, le 15 novembre 1972, Denver avait "jeté l'éponge" devant les problèmes rencontrés par cette organisation.
    A 3 ans des Jeux, le CIO avait donc dû chercher une ville susceptible de les accueillir. Innsbrück semblait toute trouvée, avec ses installations de 1964. Et le 4 février 1973, la ville autrichienne est désignée pour organiser les Jeux d'hiver. Pour la seconde fois, Innsbrück se lance dans la course olympique.

    Andorre et St-Marin font leur entrée dans la compétition.

    Chez les messieurs, on ajoute le 1000 m au patinage de vitesse. En patinage artistique, une seconde épreuve mixte, la danse sur glace, figure désormais au programme avec le patinage en couple. Chez les dames, le relais 3x5 km en ski de fond est remplacé par le relais 4X5 km.

    C'est dans un contexte de haute surveillance que s'ouvrent les Jeux de 1976. L'Autriche a mis tout en oeuvre pour que la trêve olympique ne soit pas un vain mot mais bien une réalité.
    Les Autrichiens ne négligent rien.
    Innsbrück est assiégée par les Jeux, mais aussi par l'armée.




PATINAGE ARTISTIQUE



    La Russe Irina Rodnina se présenta à la patinoire du stade olympique d'Innsbrück avec Alexander Zaitsev. Ensemble, ils survolent la compétition et remportent la médaille d'or, le second couple russe se classant 4ème.
    Irina Rodnina conserve ainsi sont titre acquis 4 ans auparavant. Son élégance, son style, sa légèreté sont en totale harmonie avec sont partenaire Zaitsev.

    Le Britannique John Curry doit surmonter deux obstacles pour remporter la médaille d'or. La première est le manque de facilités d'entraînement en Angleterre. Le second est le fait que les Soviétiques et les juges de l'Est n'aiment pas son style de patinage.
    Pour les Jeux Olympiques, Curry ajoute à son élégance naturelle assez de sauts pour que même les juges du bloc communiste votent en sa faveur. Le juge soviétique donne la 1ère place à Kovalev et le juge canadien donne la 1ère place à Cranston, mais même eux placent Curry à la 2ème place.
    Pendant sont programme libre, Terry Kubicka devient le seul patineur à effectuer légalement un salto arrière en compétition. Cette figure est immédiatement interdite.
    Finalement, le Britannique John Curry remporte le patinage artistique chez les hommes.

    Pour la 5ème fois, la victoire en patinage artistique chez les femmes est adjugée à l'unanimité. Dorothy Hamill est la dernière patineuse à remporter une médaille d'or sans réaliser un triple saut.

    En danse sur glace, Lyudmilla Pakhomova et Aleksander Gorshov n'ont pas de difficultés à captiver les juges et à remporter la 1ère place à l'unanimité. Leur style innovateur mêle le ballet russe et la danse de salon anglo-saxonne.




SAUT A SKI



    Trois jours après l'ouverture des Jeux, les Autrichiens fondent leur espoir de médailles sur le saut. Les représentants de l'Autriche aux sauts spéciaux grand tremplin 90 m et 70 m sont en effet favoris, au côté des Allemands de l'Est.
    Le 7 février ont lieu les épreuves au saut spécial moyen tremplin de 70 m. Le grand favori est l'Allemand de l'Est Hans-Georg Aschenbach. Il se classe respectivement 1er et 2ème des deux sauts et, en toute logique, il remporte la médaille d'or. A la seconde place se trouve son compatriote Jochen Danneberg et, enfin, le premier Autrichien, Karl Schnabl. Celui-ci a effectué un bon parcours en se classant 3ème aux deux sauts mais les Autrichiens, malgré tout, ne sont pas pleinement satisfaits de cette médaille de bronze.

    Le 15 février, 40 000 spectateurs se pressent à l'arrivée du sautoir de 90 m.
    On assiste à un véritable bras de fer entre la RDA et l'Autriche. Le grand favori est toujours l'Allemand de l'Est Hans-Georg Aschenbach mais, cette fois-ci, les données sont différentes et Karl Schnabl devient le premier Autrichien à remporter la médaille d'or au saut. Il surclasse tous ses adversaires et, lors du deuxième saut, il remporte facilement la victoire avec un saut de 97 m, contre 89 m pour Aschenbach qui doit se contenter de la 8ème place.
    L'Autriche réalise le doublé d'or et d'argent avec Karl Schnabl et Anton Innauer.
    Deux nations, la RDA et l'Autriche, se partagent les 8 premières places.




PATINAGE DE VITESSE



    Les épreuves dames de patinage de vitesse commence le 5 février. 26 patineuses sont engagées pour l'épreuve du 1500 m. La Soviétique Galina Stepanskaya remporte la médaille d'or en 2'16"58 et établit ainsi un nouveau record olympique. Tatiana Averina récolte sa première médaille de ces Jeux en terminant 3ème derrière l'Américaine Sheila Young.

    Le 6 février, Tatiana Averina termine une nouvelle fois à la 3ème place de l'épreuve du 500 m. L'Américaine Sheila Young remporte celle-ci en battant elle aussi le record olympique en 42"76.

    Le 7 février, les rôles s'inversent avec l'Américaine : Averina gagne le 1000 m, améliore le record olympique et l'Américaine prend la médaille de bronze.

    Le lendemain, Averina s'empare également de la médaille d'or du 3000 m en améliorant de 6"95 le record olympique.
    Avec ses 4 médailles, 2 d'or et 2 de bronze, Averina prend place parmi les figures légendaires des Jeux d'hiver.
    Il faut noter également la performance de sa rivale, Sheila Young, première athlète américaine à gagner 3 médailles en individuel aux Jeux d'hiver.

    Dans le 10 000 m du patinage de vitesse, Sten Stensen ne peut établir qu'un temps de 14'53"30. deux paires plus tard, Piet Kleine attaque le temps établit par Stensen. Il passe en tête à la mi-course et garde au moins 2'' d'avance dans les huit derniers tours.




SKI NORDIQUE



    En ski nordique, les épreuves sont marquées par la Russe Smetanina. Elle termine 2ème du 5 km derrière la Finlandaise Helena Takalo. La tenante du titre Kulakova termine 3ème, mais est disqualifiée pour avoir utilisé un spray nasal contenant de l'éphédrine.

    Raissa Smetanina remporte le 10 km.

    L'URSS remporte le relais 4x5 km.

    Dans le 30 km, pas un supporter américain n'est présent pour voir Bill Koch devenir le premier Américain à remporter une médaille olympique en ski nordique. Il termine 2ème derrière le Soviétique Sergei Savelyev.




BOBSLEIGH



    En bobsleigh, la RDA remporte l'épreuve de bob à 4.

    Le bob à 2 est remporté par la paire Est-Allemande.




LUGE



    L'épreuve de luge est remportée par Dettlef Günther.

    Chez les femmes, Margit Schumann n'est qu'à la 5ème place après les deux premiers passages, mais elle établit le meilleur temps des deux derniers passages et s'adjuge la victoire. Ute Rührold remporte sa deuxième médaille d'argent d'affilée bien qu'elle ne soit âgée que de 21 ans.

    En luge biplace, la RDA l'emporte devant la RFA et les Autrichiens.




HOCKEY SUR GLACE



    Le tournoi est plongé dans la confusion lorsque le capitaine tchécoslovaque, Frantisek Pospisil, est choisi pour un test anti-drogue inopiné après la victoire de la Tchécoslovaquie sur la Pologne. L'entraîneur reconnaît immédiatement que Pospisil s'est vu administrer de la codéine pour combattre une infection virale. Le CIO expulse Pospisil et déclare nul le match contre la Pologne. La décision finale concernant ce cas de dopage est remis à plus tard pour ne pas gâcher le match opposant la Tchécoslovaquie et l'URSS.
    Dans ce match, les Tchécoslovaques mènent 3-2 dans la dernière période. Mais à 5 minutes de la fin, Aleksander Yakuslev égalise. 24'' plus tard, Valery Kharlama pousse le puck au fond des filets et donne à l'URSS sa 4ème médaille d'or d'affilée.

    L'URSS remporte donc le tournoi de hockey sur glace devant la Tchécoslovaquie et la RFA.




SKI ALPIN



    Franz Klammer subit une énorme pression en étant le favori autrichien. Il ressent encore plus de pression lorsque Bernhard Russi termine la descente en 1'46''06. Parti avec le dossard 15, Klammer prend 1/5ème de seconde de retard sur Russi, mais refait son retard dans les 1000 derniers mètres.
    Franz Klammer remporte la descente.
    "J'attendais sur la ligne d'arrivée et je sentais le public. Je sentais la puissance de 60 000 personnes criant pour leur favori. Soudain, je me suis demandé s'il fallait vraiment que je gagne la course.", se souvient Russi.

    Dans le slalom géant, Heini Hemmi et Ernst Good sont respectivement 3ème et 2ème après la première manche, derrière Gustavo Thöni. Cependant, la seconde manche de Thöni n'est que la 8ème de la journée, alos que celles de Henni et Good sont les 2ème et 3ème. Ingemar Stenmark, 8ème après la première manche, réussit le meilleur temps de la seconde manche et s'adjuge la médaille de bronze.

    En slalom, 5ème après la première manche, Piero Gros est sûr qu'il ne peut pas battre Thöni. Il pense que Gustav Thöni a la médaille d'or en poche. Mais Gros remporte la victoire avec une superbe seconde manche en battant Thöni de plus d'une seconde.

    Avant le slalom géant féminin, tout le monde veut savoir si Rosi Mittermaier peut devenir la première femme à remporter les trois courses de ski alpin. Mais le suspens est de courte durée. La première skieuse en course, la Canadienne Kathy Kreiner, fait une excellente course et termine en 1'29''13. Trois skieuses plus tard, c'est au tour de Rosi Mittermaier de s'élancer. A mi-course elle a une demi-seconde d'avance sur Kathy Kreiner, mais elle perd de précieuses fractions de secondes lorsqu'elle s'approche de trop d'un porte dans le bas du parcours. Son temps final est de 1'29''25.

    42 skieuses s'élancent dans le slalom olympique, mais seules 19 terminent les deux manches sans manquer une porte. Rosi Mittermaier réalise le meilleur temps de la seconde manche après avoir pris 9/100ème de seconde de retard sur Pamela Behr dans la première manche.
    Rosi Mittermaier remporte sa première médaille d'or.

    Rosi Mittermaier remporte également la descente. L'Autrichienne Brigitte Totschnigg termine 2ème.


    L'URSS trône une nouvelle fois à la première place du classement officieux des nations avec 27 médailles, dont 13 d'or, 6 d'argent et 8 de bronze, suivie de la RDA.
    La Suède touche le fond avec sont avant-dernière place et ses 2 médailles de bronze.

    Du début à la fin, ces Jeux furent marqués par une grande simplicité et, surtout, ils parurent comme une grande fête des sports d'hiver.

    Le 15 février, les deux flammes qui s'échappent des deux vasques symbolisant les Jeux de 1964 et 1976 s'éteignent dans la nuit.



RETOUR JEUX OLYMPIQUES D'HIVER MEDAILLES 1976