EPREUVES MARQUANTES

    Lord Michael Killanin préside le CIO et Claude Collard le Comité National Olympique et sportif français. A l'occasion de cetteXIIIème olympiade naît la mascotte Ronni Racoon qui n'est autre qu'un raton laveur conçu par Capital Sports.



    A ces Jeux, 1283 athlètes sont engagés dont 1012 hommes et 271 femmes, représentant 37 nations.
    L'ouverture des Jeux est proclamée par le Vice-Président Walter Mondale et le serment, prêté par le patineur Eric Heiden.

    Au total, 115 médailles seront décernées devnat plus de 430 000 spectateurs. Les droits de retransmission télévisée s'élèvent à 103 millions de francs.

    Seulement deux villes s'étaient proposées pour organiser les Jeux Olympiques d'hiver de 1980 : Lake Placid pour les Etats-Unis et Vancouver-Garibaldi pour le Canada. Mais le 4 Octobre 1974, à quelques jours de la proclamation des résultats, coup de théâtre : la ville canadienne se retirait.
    Lake Placid restait donc seule en lice, et le 23 Octobre 1974, lors de la 72ème session du CIO à Vienne, Lake Placid était déclarée ville organisatrice des XIIIème Jeux d'hiver (3ème ville, après Saint-Moritz et Innsbruck à organiser deux fois les Jeux).

    On ajoute une épreuve au biathlon, le 10 km messieurs.

    La Bolivie refait son apparition après son unique participation en 1936 mais on remarque sourtout l'arrivée de la Chine, du Costa Rica et de Chypre.

    L'organisation des Jeux de Lake Placid, rencontre certaines difficultés. La ville, située dans la chaîne des Alleghanys, n'est qu'à 568 m d'altitude, ce qui pose toujours le problème de l'enneigement.
    Par ailleurs, toutes les installations des Jeux d'avant-guerre sont dépassées ou détruites.
    Enfin, nouveau coup de théâtre quelques jours avant l'ouverture officielle des Jeux, le 9 Février, le gouvernement américain demande au CIO le retrait de l'U.R.S.S. pour l'invasion de l'Afghanistan le 24 Décembre 1979. Le CIO s'y oppose. A son tour, l'U.R.S.S. émet de vives critiques sur les conditions de vie des athlètes dans le village olympique.
    Dans ce climat de fortes tensions internationales, les Américains annoncent par leur secrétaire d'Etat qu'ils boycotteront les Jeux Olympiques de Moscou.
    Le 13 Février, cependant, tout rentre dans l'ordre (au moins en apparence) et le Docteur Charles Morgan Kerr peut allumer la flamme olympique.





HOCKEY SUR GLACE



    Habituellement, aux Jeux d'hiver, les Russes sont toujours les grands favoris du tournoi de hockey sur glace. Depuis 1964, la victoire ne leur a jamais éhcappé.
    Quant aux Etats-Unis, après leur unique médaille d'or en 1960, ils accumulent les places d'honneur, second en 1972, 5ème en 1964 et 1976.
    L'équipe américaine a une moyenne d'âge de 22 ans, 9 joueurs sont encore étudiants à l'Université du Minnesota. Leur entraîneur, Herb Brooks, est la personne idéale pour dynamiser cette jeunesse face aux quadruples champions olympiques.
    Dans le match d'ouverture entre les Etats-Unis et la Suède, les Suèdois marquent en premier et mènent 2-1 dans la dernière minute du match. L'entraîneur américain sort alors son gardien de bout pour faire entrer un attaquant, ce qui s'avère un pari gagnant lorque Bill Baker marqu de 17 m à 27" de la fin du match. Les Etats-Unis s'en sortent avec un match nul.
    Contre la Tchécoslovaque, les Etats-Unis sortent à nouveau leur gardien de but après seulement 2'23" dans la première période. Malgré celà, les Américains terminent cette période sur le score de 2 à 2. A la surprise générale, ils terminent le match sur le scor de 7 à 3. L'équipe américaine a attiré l'attention de toute la nation.



    Dans leur 3ème match, il sont menés 1-0 par la Norvège avant de marquer 5 but dans les deux dernieres périodes. Ils l'emportent 5 à 1.
    Leur match suivant contre la Roumanie, remporté 7-2, est le seul où les Américains marquent en premier.
    Contre la R.F.A., ils sont menés 2-0 avant de gagenr 4-2.
    Ces victoires mettent les Etats-Unis dans les rangs des médaillables avec la Suède, la Finlande et l'U.R.S.S.
    Or, le soir du 23 Février, dans le Field House de Lake Placid, l'affiche les deux super-puissances, l'U.R.S.S. et les Etats-Unis.
    Ce samedi soir, à Lake Placid, on a l'impression que plus rien ne fonctionne, mais à part le tournoi de hockey.
    Les Russes sont les grands favoris avec une équipe solide, bien préparée, et qui a une bonne expérience des grandes finales. Leur gardien de but, Vladislav Tretiak, est réputé pour être le meilleur gardien du monde et de l'histoire du hockey.
    A l'entrée des équipes, les Américains sont très applaudis, les Russes ne provoquent pas tant d'enthousiasme. Cette atmosphère étrange fait penser à un match ou le bon serait représenté par les Etats-Unis et le mauvais par l'U.R.S.S.
    Sans surprise, l'U.R.S.S. marque le premier but lorsque Vladimir Krutov dévie un tir d'Alexei Kasatonov. Buzz Scheider égalise 5 minutes plus tard, mais 3'30" plus tard Sergei Makorov redonne l'avantage aux Soviétiques. Il semble que la période s'achèvera sur le score de 2 à 1, mais Mark Johnson marque sur tir arrêté à une seconde de la fin de la période, ce qui permet aux Etats-Unis d'égaliser une nouvelle fois.
    A la fin de la première période, les Russes et les Américains sont à égalité : 2-2.
    A la reprise, Vladimir Tretiak, considéré par beaucoup comme le meilleur gardien de but au monde, a été remplacé par Vladimir Myshkin. L'U.R.S.S. reprend rapidement la tête grâce à Aleksander Maltsev à 2'18" de jeu. A la fin de la période les Soviétiques mènent 3-2. Etonnés de n'avoir qu'un but de retard à 20 minutes de la fin, les joueurs américains sentent qu'ils peuvent l'emporter.
    Après 8'39" de jeu dans la 3ème période, Mark Johnson prend le palet de la crosse d'un défenseur Soviétique et le glisse dans les filets de Myshkin. Les Etats-Unis ont égalisé à nouveau. Moins d'une minute et demi plus tard, après 10 minutes de jeu, le capitaine Mike Eruzione tire de 9 m et trompe Myshkin.
    Dans les 10 minutes qui restent le gardien de but américain, Jim Craig, et toute l'équipe américaine font barrage aux attaques des Soviétiques. A la fin du match, l'excitation dans la patinoire est si grande que de nombreux joueurs soviétiques ne peuvent s'empêcher de sourire en félicitant les Américains.
    Mais il rest un match à jouer. En fait, si les Etats-Unis s'inclinent devant la Finlande le 24 Février, ils ne finiront qu'à la 3ème place et l'U.R.S.S. remportera le tournoi. De plus, les Finlandais ne sont pas décidés à concéder une défaite.
    Les Finlandais marquent en premier et mènent 2-1 après 2 périodes. Mais les Américains sont arrivés si loin dans le tournoi qu'ils ne veulent pas perdre la médaille d'or dans le dernier match. Dave Christian fait une passe à Phil Verchota qui remonte le côté gauche de la patinoire et égalise grâce à un tir de 4,50 m à 2'25" de la dernière période. A 6'05" Rob McClanatran permet aux Etats-Unis de mener et à 16'25" Mark Johnson met toute l'équipe à l'abris d'un retour des Finlandais. Lorsque le match se termine le score est de 4-2.
    Les Etats-Unis ont remporté le tournoi.




PATINAGE DE VITESSE



    Eric Heiden, jeune étudiant en médecine à Madison, dans le Wisconsin, n'a que 21 ans lorsqu'il se prépare aux Jeux de Lake Placid. A son arrivée aux Jeux, tous les espoirs américains reposent sur lui.
    Jusqu'alors, aucun patineur de vitesse n'a réussi le grand chelem aux Jeux d'hiver.
    L'objectif de l'Américain est donc de tout gagner mais, depuis 1976, il faut compter avec une 5ème épreuve, le 1000 m, qui suppose un énorme entraînement. Heiden veut accomplir une performance quasi impossible : être le meilleur dans des épreuves totalement différentes. Le 500 m est en effet généralement réservé aux sprinters et le 1000 m, aux athlètes préférant les courses d'endurance.
    La première épreuve sur l'anneau de vitesse de Lake Placid a lieu le 15 Février. Pour Heiden, le 500 m est la course la plus difficile. celle où il doit affronter le tenant du titre, le Russe Yevgeny Kulikov. Les deux favoris patinent dans la première paire. Kulikov mène légèrement aux 100 m, mais les deux patineurs restent au coude à coude pendant le reste de la course. En sortant du dernier virage, Kulikov dérape légèremtent. A l'arrivée, Heiden est premier avec 34/100ème d'avance sur le Russe.

    Le lendemain, Stenshjemmet, qui patine deux paires après Eric Heiden, reste en tête du 5000 m pendant 10 tours et demi, mais il commence à balancer ses bras trop tôt et ne peut maintenir son train. Heiden remporte sa seconde médaille d'or.



    Le 19 Février se déroule la seconde et dernière épreuve de sprint, le 1000 m. Le temps est nuageux, il y a du vent, mais cela n'empêche pas Heiden d'accrocher à son palmarès sa troisième médaille d'or.



    Le 21 Février, Heiden frôle la catastrophe au 1500 m. A mi-course contre Stenshjemmet, Eric Heiden manque de tomber ; mais il réussit à se stabiliser avant d'avoir perdu quelques centièmes de seconde. Il continue sa course et remporte sa quatrième médaille d'or.



    Enfin, deux jours plus tard, patinant dans la deuxième paire, Eric Heiden bat tranquillement le record du monde du 10 000 m de plus de 6".
    Il est devenu la première personne dans l'histoire olympique à remporter 5 médailles d'or individuelles dans les mêmes Jeux. Effrayé par sa soudaine célébrité, Eric Heiden annonce qu'il se retire de la compétition à la fin de la saison.

    Chez les femmes, sur 500 m, Karin Enke, âgée de 18 ans, remporte la médaille d'or olympique.

    Sur 1000 m, Natalya Petruseva et Leah Mueller s'affrontent dans la 2ème paire. Mueller mène aux 200 m, mais Petruseva prend la tête et finalement l'emporte avec 12 m d'avance.

    Beth Heiden est médaillée de bronze au 3000 m derrière la Norvégienne Björg Eva Jensen et l'Allemande de l'Est Sabine Becker.




SKI ALPIN



    Lorsque les épreuves alpines commencent, le maître incontesté du slalom spéciel et du slalom géant se nomme Ingemar Stenmark.
    Le 18 Février, sur les pistes de Whiteface Mountain, c'est le départ du slalom géant. A la fin de la première manche, le jeune frère de Hanni Wenzel, Andreas, signe le meilleur temps, suivi du Yougoslave Bojan Krizaj. Stenmark, qui skie avec précaution, n'est que 3ème.
    Le lendemain, le Suédois survole littéralement la compétition, il enchaîne les difficultés, en très bon technicien, et remporte l'épreuve avec une seconde d'avance, devenant ainsi le premier Suédois à offrir une médaille d'or en ski alpin à son pays.

    Le 22 Février, les Américains n'ont d'yeux que pour un jeune prodige de 22 ans, Phil Mahre. Celui-ci réalise le meilleur temps de la première manche du slalom en 53"31. Comme il est le premier skieur à passer, il n'y a pas de temps de référence. Mais lorsque Stenmark termine 4ème à 20/100ème de l'Américain, il est clair que l'Américain entrera dans la seconde manche à la première place. Pour la seconde manche, le temps se gâte, la piste est moins bonne. Stenmark, dossard n°13, prend tous les risques, le chronomètre affiche 50"37. Phil Mahre doit terminer en 50"94 pour gagner la médaille d'or. Il ne trouve jamais son rythme et ne peut terminer qu'en 51"45. Le Suédois, plus rapide, remporte sa seconde médaille d'or.



    L'année 1980 est celle de Hanni Wenzel.
    Aux Jeux de Lake Placid, elle figure parmi les favorites pour le podium mais elle doit compter avec les Allemandes Epple et Kinshofer, la Canadienne Kreiner, l'Américaine Nelson, l'Autrichienne Moser-Proell ou encore la Suissesse Nadig.
    La compétition commence le 17 Février par la descente sur les pistes de Whiteface Mountain. Motivée par l'idée de remporter le seul titre qui lui échappe encore, Annemarie Moser-Pröll, dévale la pente en 1'37"52. Son temps résiste aux assauts de Nadig et de Wenzel et lui permet de porter le dernier joyaux manquant à sa carrière de championne.



    Pour la première fois aux Jeux d'hiver, le slalom géant se dispute en deux manches. Le 20 Février, Hanni Wenzel fait le meilleur temps de la première manche. Le lendemain, elle obtient enfin sa première médaille d'or en terminant troisième de la seconde manche. Dans l'histoire des Jeux Olympiques, c'est la première fois qu'un représentant du Liechtenstein gagne une médaille d'or.



    Ayant terminé 2ème de la descente et 1ère du slalom géant, Hanni Wenzel dévale le slalom, enregistrant le meilleur temps des 2 manches.



    Leonhard Stock, qui s'était fracturé le col du fémur en Décembre, est choisit pour se rendre à Lake Placid en tant que remplaçant. Mais lorsqu'il établit le meilleur temps dans deux des trois descentes d'entraînement, les officiels de l'équipe autrichienne changent d'avis et déclarent que Stock intègre l'équipe avec Harti Weinrather, mais que les trois autres Autrichiens doivent se départager dans une course supplémentaire.
    Leonhard Stock passe du statut de remplaçant à celui de Champion Olympique en moins de 30 heures.





COMBINE NORDIQUE



    Ulrich Wehling, représentant la R.D.A., réalise une véritable performance. L'Allemande de l'Est réussit à conserver son titre de champion olympique du combiné nordique pour la troisième fois consécutive.





PATINAGE ARTISTIQUE



    Il y a 4 favoris dans cette compétition : le champion du monde Vladimir Kovalev, les anciens chamions du monde Charles Tickner et Jan Hoffman et le Champion d'Europe, Robin Cousins. Jan Hoffman participe à se quatrième Jeux Olympiques. Robin Cousins, comme John Curry avant lui, s'entraîne au Coloradi avec Carlo et Christian Fassi.


Robin Cousins

Charles Tickner

Jan Hoffmann

Vladimir Kovalev
Les prétendants au titre olympique


    Kovalev abandonne après s'être classé 5ème des figures imposées. Jan Hoffman a pris la 1ère place devant Tickner, Santer et Cousins.
    Le lendemain, Robin Cousins patine un programme court brillant et remonte à le deuxième place.
    Au début de son programme libre, Robin Cousins dérape légèrement mais ne fait aucune autre faute.
    6 juges classent Robin Cousins à la 1ère place alors que 3 votent pour Jan Hoffman.



    Cette compétition olympique de patinage féminin met en scène Linda Fratianne de Los Angelès et Anett Pötzsch de Karl-Marx Stadt.


Anett Pötzsch

Linda Fratianne
Les prétendantes à la médaille d'or.


    Toutes deux âgées de 19 ans, essayent d'améliorer leur chance en changeant leur apparence. Linda se fait refaire le nez et engage un entraîneur pour lui apprendre comment sourire en patinant alors qu'Anett perd 5 kg.
    En fait, il s'avère que le glamour n'a pas d'importance. En effet, Anett Pötzsch prend une confortable avance après les figures imposées et Fratianne ne peut combler le retard.
    Denise Niellmann se classe première du libre, mais sa 12ème place des figures imposées la maintient hors de portée des médailles.

    Une confrontation dramatique s'annonde entre les Soviétiques Rodnina/Zaitsev et les Américians Babilonia/Gardner qui essaient de mettre fin à la domination soviétique en patinage de couple.


Tai Babilonia/Randy Gardner

Irina Rodnina/Alexander Saizew


    Malheureusement Randy Gardner souffre d'une blessure à l'aisne à son arrivée à Lake Placid. Sous lidocaïne pour tuer la douleur, Randy Monte sur la glace pour s'échauffer avant le programme court, mais il tobe quatre fois et le couple déçu est obligé d'abandonner.
    Rodnina et Zaitsev patinent sans faute et pour la deuxième fois d'affilée, remportent la 1ère place à l'unanimité. Irina Rodnina égalent ainsi l'exploit de Sonja Henie en remportant 10 Championnats du Monde et 3 médailles d'or olympiques.

    4 juges votent pour le couple soviétique Linichuk/Karponosov et 4 pour les Hongrois Regöczy/Sallay. La juge Britannique attribue le même nombre de points aux deux couples. Ceci signifie que les médailles d'or et d'argent vont être décernés grâce au total des points. Comme le juge soviétique a placé les Hongrois à la 3ème place derrière Moiseyeva/Minenkov, la victoire va à Linichuk/Karponosov.
    L'annonce des résultats est accompagné de huées de la part du public américain qui préfère le style vivant de Regöczy/Sallay au style traditionnel de Linichuk/Karponosov.




LUGE



    Après deux descentes, Dettlef Günther semble bien parti pour une seconde victoire olympique. Cependant, il tombe près de l'arrivée de la troisième descente. Il réussit à remonter sur sa luge et à finir, mais les 3" qu'il a perdu l'empêchent de prétendre à la première place. Cette chute permet à l'Italien Ernst Haspinger de prendre la tête à une descente de la fin. Malheureusement, il est victime d'une chute dans le même virage que Günther et perd 9" ce qui le rétregrade à la 21ème place. Bernhard Glass remporte la médaille d'or bien qu'il ne termine premier d'aucune descente.

    La Lettone Vera Zozulya enregistre le meilleur temps de chacune des 4 descentes et bat la double championne du Monde Melitta Sallmann.

    En luge biplace, Hans Rinn et Norbert Hahn deviennent les premiers lugeurs à garder leur médaille d'or olympique.

    




SKI NORDIQUE



    Dans le 15 km classique, Mieto est le 54ème skieur à partir et il termine avec 36" d'avance sur les 53 coureurs qui l'ont précédé. Mais ensuite, il regarde avec anxiété l'arrivée de Thomas Wassberg qui termine en 41'57"63 et le bat d'un centième de seconde. Cet incident pousse les officiels à décréter que désormais les temps des courses de ski nordique seront arrondies au dixième de seconde.

    Dans le 30 km libre, Nikolai Zimiatov remporte la première de ses trois médailles d'or à Lake Placid. Lebanov devient le premier Bulgare à remporter une médaille aux Jeux Olympiques d'hiver.



    Dans le 50 km classique, Zimiatov remporte sa 3ème médaille d'or en 10 jours, en ayant skié au total 105 km.

    Chez les femmes, la seconde place du relais soviétique sur 4x5 km classique permet à Kulakova d'empocher sa 8ème médaille olympique.




    Une fois encore, l'U.R.S.S. se place à la première place du classement officieux des nations avec 22 médailles dont 10 d'or, 6 d'argent et 6 de bronze. La R.D.A. se classe seconde.
    L'équipe soviétique égale ainsi la Norvège en accédant pour la 6ème fois à la 1ère place.
    Les Etats-Unis occupent la même 3ème place qu'aux Jeux d'Innsbruck, grâce au quintuple champion olympique de patinage de vitesse Eric Heiden et à l'équipe de hockey sur glace, qui leur apporte leur 6ème médaille d'or.
    Deux grosses surprises viennent de la Suède et du Liechtenstein. La Suède passe du 15ème au 5ème rang. Comme pour les Etats-Unis ce bond au classement est dû à un homme, Ingemar Stenmark, avec ses 2 médailles d'or. Quant au Liechtenstein, 6ème nation derrière la Suède, cette minuscule principauté, enclavée entre l'Autriche et la Suisse, réussit la performance de totaliser 4 médaille 2 d'or et 2 d'argent, grâce à Hanni et Andreas Wenzel !

    Après que la flamme olympique se soit éteinte et que le flambeau ait été transmis à la prochaine ville organisatrice des Jeux d'hiver, il reste à Lake Placid à résoudre un gros problème : comment payer un déficit que s'élève à plusieurs millions de dollars ?


RETOUR JEUX OLYMPIQUES D'HIVER MEDAILLES 1980 IMAGES DE LAKE PLACID