EPREUVES MARQUANTES

    La présidence du CIO est toujours assurée par l'Américain Avery Brundage ainsi que celle du Comité Olympique français par Armand Massard.

    A ces Jeux, 648 athlètes sont engagés, dont 502 hommes et 146 femmes, représentant 30 nations.

    L'ouverture des Jeux est proclamée par le Vice-Président américain Richard Nixon et le serment, prêté par la patineuse Carol Heiss, vice-championne olympique de patinage.

    Lors des 11 jours de compétition, 27 épreuves seront disputées, représentant 4 sports. Au total, 80 médailles seront décernées devant près de 250 000 spectatures.

    C'est le 14 juin 1955 que le CIO a décidé que les Etats-Unis organiseraient pour la deuxième fois les Jeux d'hiver. Voici comment :     Alexander Cushing est un important propriétaire californien qui possède un bon nombre de terrains dans la "Valley".
    La station de sports d'hiver, qui culmine à 1900 m, n'a rien d'un endroit à la mode comme Saint-Moritz.
    Cushing a dans la tête d'organiser les VIIIème Jeux Olympiques d'hiver pour que son bien prenne de la valeur !
    Il prouve au CIO que choisir Squaw Valley est une bonne décision car les Jeux toucheront un grand nombre d'Américains qui ignorent ce qu'est l'olympisme.
    Le CIO n'hésite pas une seconde pour désigner Squaw Valley afin de promouvoir l'olympisme et le rendre universel.
    L'Américain réussit ainsi un coup de maître quand on sait que les villes d'Innsbruck, Garmisch et Saint-Moritz étaient candidates.

    D'une affaire personnelle, ces Jeux deviennent celle d'une nation. Le Comité Olympique américain, l'Etat de Californie et le Gouvernement américain prennent les rênes.

    Pour organiser les Jeux, il faut des installations pour le patinage artistique, la vitesse, le hockey, le ski nordique et le ski alpin. Devant toutes ces dépenses, les Américains refusent d'investir dans une piste de bobsleigh. Ce sport sera donc remplacé par le biathlon.

    En patinage de vitesse, chez les dames, 4 épreuves font leur entrée : les 500, 1000, 1500 et 3000 m.

    Certaines nations sont absentes comme la Belgique, le Grèce, la Roumanie ou la Yougoslavie.

    Au contraire, pour la première fois, l'Afrique du Sud et la République Populaire Démocratique de Corée participent aux Jeux d'hiver.

    Le 18 Février, jour de l'ouverture officielle des Jeux, la station de Cushing est sous les feux des projecteurs.

    Walt Disney a été chargé d'animer la cérémonie d'ouverture, mais aussi l'intégralité des Jeux, et cette cérémonie est un véritable spectacle "Disney".

    Le défilé des athlètes se fait sur l'air de "The parade of the olympians" et après que la flamme olympique ait été allumée par Henry Kenneth, champion olympique de patinage de vitesse sur 500 m en 1952, l'hymne national des Etats-Unis retentit.



    Les Jeux sont ouverts, place aux athlètes.




PATINAGE DE VITESSE



    Le Russe Evgeny Grishin, né en 1931, entre dans la légende du patinage de vitesse en remportant en 2 jours consécutifs 2 médailles d'or. Grâce à lui, l'Union Soviétique se classera pour la seconde fois au premier rang des nations.
    A Squaw Valley, Grishin est engagé sur 2 épreuves : 500 et 1500 m.

    Au 500 m, il gagne en 40"2 et égale le record olympique, établi en 1948, par le Norvégien Finn Helgesen. Le temps du Russe est excellent et lui fait même égaler son propre record du monde.

    Au 1500 m, il partage sa victoire avec le Norvégien Aas Roald. Leur temps est de 2'10"4.

    Il faut souligner également la venue d'une très grande championne, la Russe Lydia Skoblikova.
    Elle remporte le 1500 m en battant le record du monde en 2'25"2.

    Lydia Skoblikova est également sacrée championne olympique sur 3000 m.

    Depuis le 10 Février 1952, le record du monde du 10 000 m était de 16'32"6 et appartenait à Hjallis Andersen. Mais avec la qualité de la glace et le temps ensoleillé, 5 différents patineurs améliorèrent le temps d'Andersen. Patinant dans le deuxième paire, Kjell Bäckman améliora le record de plus de 18" en 16'14"2. Deux paires plus tard, Knut Johannesen, âgé de 26 ans, devint la première personne à briser la barrière des 16' avec un temps phénoménal de 15'46"6. Le record du monde de Johannesen faillit ne pas survivre au reste de la journée. Deux paires après Johannesen, Viktor Kosichkin entra en course. Il mena face à Johannesen jusqu'à 6400 m et égala le temps du Norvégien à 7600 m. Mais ensuite Kosichkin commença à fatiguer et finit sa course avec 2"6 de retard.

    Sur 500 m, Helga Haase fut la première Allemande de l'Est à remporter une médaille d'or olympique.




SKI NORDIQUE



    Depuis les Jeux de 1956, le Suédois Sixten Jernberg domine le ski nordique.
    Le 19 Février marque le grand début des épreuves de ski nordique.

    Le Suédois Sixten Jernberg gagne la course du 30 km classique mais dans un temps relativement moyen, 1h51'3"9, victoire très disputée avec son compatriote Rolf Ramgard qui n'accuse un retard que de 13" seulement à l'arrivée.

    4 jours plus tard, Jernberg prend le départ du 15 km. Le dénivelé est très important et, à la surprise générale, le Norvégien Brusveen Haakon remporte l'épreuve, avec une avance de seulement 3" sur Jernberg.

    Lorsque Jernberg s'aligne, le 27 Février, au départ du 50 km, il a déjà gagné un titre et une médaille d'argent. Malheureusement pour lui, la moisson de médailles s'arrêtera là et ces Jeux resteront pour lui une petite déception.
    L'épreuve du 50 km est réservée aux Finlandais qui réussissent le doublé ; Kalevi Hamalainen privant son compatriote Veikko Hakulinen d'une médaille d'or.
    Cette fois-ci, Jernberg, très loin des premiers, se classe 5ème à 6'12" du premier.

    Au relais 4x10 km, les Russes se classant à la 3ème place derrière la Finlande et la Norvège.
    L'arrivé du relais fut extraordinaire. Le Suédois Lars Olsson passa le premier relais avec 7" d'avance sur son poursuivant, mais le deuxième skieur suédois, Janne Stefansson, fut rapidement dépassé par Brenden et Mäntyranta. Ami-course, la Norvège et la Finlande étaient à égalité. Puis le Norvégien Einar Øtby prit 20" d'avance. Håkon Brusveen, vainqueur du 15 km, prit le dernier relais pour la Norvège, suivi de Veikko Hakulinen, âgé de 35 ans. Après 8 km, Hakulinen dépassa Brusveen, mais le Norvégien réussit à reprendre la tête. A 100 m de l'arrivée, Hakulinen commença à passer Brusveen. Menant la course dans les derniers mètres, le Finlandais réussit à remporter la course avec seulement 1 m d'avance.

    Dans le relais 3x5 km, Radya Yeroshina tomba et cassa un de ses skis. Elle prit ses skis de remplacement, mais perdit plus d'une minute, un retard qui coûta la médaille d'or à l'URSS. Les Soviétiques déposèrent une réclamation, affirmant que la Suédoise Irma Johansson avait coupé la route à Yeroshina et l'avait fait tomber. Après avoir visionné le film de la course, l'URSS retira sa protestation.




PATINAGE ARTISTIQUE



    Carol Heiss remporte l'épreuve des dames.
    Le 23 Février, la patinoire est bondée. Comme à son habitude, l'Américaine ne néglige rien.
    Le succès de l'Américaine est complet à la fin des figures libres, où elle surclasse toutes ses concurrentes.
    Carol Heiss est sacrée championne olympique de patinage artistique dames.

    Davis Jenkins l'emporte chez les hommes.
    Après les figures imposées, il était classé derrière Karol Divin. Cependant, son programme libre fut jugé le mailleur par les 9 juges et il remprota le classement général par 8 juges sur 9.




HOCKEY SUR GLACE



    Les Etats-Unis obtiennent pour la première fois de leur histoire le titre en hockey sur glace, en battant les leaders de ce sport, le Canada et l'URSS.
    Le premier match des Etats-Unis devait être à l'image du reste du tournoi. Menant la Tchécoslovaquie par 4 à 3 après 2 périodes, les Américains marquèrent 4 buts d'affilée dans la dernière période et l'emportèrent 7-5. Ce match fut suivi de 3 victoires faciles face à l'Australie, la Suède et l'Allemagne.
    Le 25 Février, les Etats-Unis rencontrèrent les favoris, l'équipe du Canada. Bob Cleary marqua le premier but après 12'47" de jeu. Paul Johnson marqua un second but en deuxième période et les Etats-Unis réussirent à l'emproter, 2-1.
    Le vrai héros de ce match fut le gardien de but, Jack McCartan, qui arrêté 39 tirs, dont 20 en seconde période.
    2 jours plus tard, les Etats-Unis rencontrèrent les tenants du titre, l'URSS. Les Américains marquèrent après 4'4" de jeu, lorsque Bill Cleary marqua grâce à une passe de son frère Bob.
    Cependant, les Soviétiques revinrent au score une minute plus tard grâce à un but de Veniamin Aleksandrov. A 9'37" de jeu, Mikhail Bychkov tira d'une distance de 4,50 m. L'Union Soviétique menait par 2 à 1. Les Soviétiques menèrent pendant une grande partie de la seconde période jusqu'à ce que Billy Christian avec l'aide de son frère Roger, tira dans la cage de Nikolai Puchkov et ramena le score à 2-2. Les deux équipes maintinrent ce score pendant 24 minutes. A 5 minutes de la fin, les frères Christian marquèrent un but supplémentaire. A partir de ce moment, le gardien de but américain, McCartan, protégea héroïquement le but américain. Ce fut la première fois que les Etats-Unis battaient l'URSS en hockey sur glace.
    Les Etats-Unis n'avaient plus qu'à remporter leur match contre la Tchécoslovaquie pour devenir champions olympiques. Mais les Américains étaient si énervés qu'ils ne parvinrent pas à dormir. Ils arrivèrent à la patinoire fatigués et tendus. Les Tchécoslovaques ne perdirent pas de temps, marquant leur premier but après seulement 8". Après deux périodes, la Tchécoslovaquie menait 4-3. Pendant le repos entre la deuxième et la troisième période, la capitaine de l'équipe soviétique entra das le vestiaire des Américains pour leur donner un conseil. Il leur fit comprendre qu'ils avaient besoin d'oxygène. Les Américains suivirent son conseil et retournèrent sur la glace revigorés. Après presque 6 minutes de jeu, l'équipe américaine marqua 6 buts d'affilée et l'emporta par 9 à 4. L'équipe des Etats-Unis avait gagné la médaille d'or olympique.




SKI ALPIN



    La descente fut reportée pendant trois jours à cause des fortes chutes de neige. Jean Vuarnet fut le premier champion olympique à utiliser des skis métalliques. C'est également lui qui a inventé la position aérodynamique de "l'oeuf".

    Dans le slalom, l'Allemand Willi Bogner, âgé de 18 ans, réalisa le meilleur temps de la première manche en 1'08"8. Ernst Hinterseer et Matthias Leitner, 5ème et 9ème de la première manche, menèrent la seconde manche avec respectivement 58"2 et 59"2. Bogner était tombé et fut disqualifié. Les deux Autrichiens réalisèrent donc le doublé.

    Dans la descente dames, Penny Pitou était la favorite, mais la pression était grande.
    "Les prédictions concernant ma victoire me rendent nerveuses. Les Américains mettent tous leurs espoirs en moi et c'est un sentiment terrible... Je serais bien plus heureuse si j'étais une fille normale, assise à la maison ou allant à l'école." dit-elle.
    Elle faillit chuter avant l'arrivée, ce qui lui coûta 2" et la médaille d'or. Ce fut l'Allemande Heidi Biebl qui remporta l'épreuve.





BIATHLON



    Klas Lestander n'obtint que le 25ème temps sur 30 participants, mais il fut le seul concurrent à toucher les 2 cibles, ce qui lui permit de remporter l'épreuve.



    Le plus rapide fut le Français Victor Arbez qui boucla son 20 km en 1h25'58"4. Cependant, il manqua 18 des 20 cibles et se classa 25ème.


    L'URSS trône une nouvelle fois à la première place du classement officieux des nations avec 21 médailles dont 7 d'or, 5 d'argent et 9 de bronze. Elle est suivie par l'équipe allemande unifiée.

    Finalement, si le CIO, un an avant l'ouverture des Jeux, s'était inquiété en constatant que les installations sportives n'étaient pas avancées, à la clôture des épreuves, il est satisfait, tout s'étant déroulé sans aucun problème.

    Comme pour la cérémonie d'ouverture, la clôture des Jeux est rythmée par "The parade of the olympians" et les athlètes sont tous regroupés au centre du stade pour un dernier "bye-bye".


RETOUR JEUX OLYMPIQUES D'HIVER MEDAILLES 1960